Réputation des marques : le boycott, arme de destruction massive

Entreprise

Réputation des marques : le boycott, arme de destruction massive

Pour les entreprises, le refus d’achat de consommateurs engagés est une nuisance, mais la vraie menace du boycott est ailleurs. L’image de la marque peut être endommagée.

Le 25 avril 2013, comme 40 millions d’auditeurs radio en France, Levent Acar, 25 ans, est réveillé par une macabre nouvelle. À des milliers de kilomètres, près de Dacca, au Bangladesh, le bâtiment Rana Plaza s’est effondré. Dans les décombres, à côté des 1 127 corps des victimes, gisent les étiquettes de grandes marques de vêtements : Camaïeu, Mango, in Extenso (Auchan), Tex (Carrefour), Primark…

Dans les semaines qui suivent, on apprend que des centaines d’ouvrières du textile avaient déjà péri dans une série d’incendies, que la dangerosité de ces sites de production était connue dans tout le pays, que des articles dans la presse et des campagnes d’ONG avaient levé le voile sur ce fléau et avaient alerté les marques françaises.