Salaires. Avec l’inflation, le retour des augmentations générales dans les entreprises

Entreprise

Salaires. Avec l’inflation, le retour des augmentations générales dans les entreprises

Face à une inflation qui se maintient à 5,6 %, organisations syndicales et salariés se mobilisent partout en France, réclamant des hausses généralisées de salaire pour compenser la perte continue de pouvoir d’achat. Chez Michelin, l’ampleur est quasiment inédite.

L’essentiel.

- Avec l’inflation, la pression de la part des salariés augmente sur les directions d’entreprises pour octroyer des augmentations générales et les augmentations individuelles, plus en vogue ces dernières années, sont reléguées au second plan.

- Certains économistes pointent le risque de mise en place d’une boucle "prix-salaire" qui annulerait à terme les gains de pouvoir d’achat.

_____

Pour certains ouvriers Michelin, l’année 2022 relève du jamais-vu. En l’espace de neuf mois, l’entreprise française leur a accordé non pas une mais deux augmentations générales de salaire, soit 5 % en cumulé.

« Ça fait plus de vingt ans que je suis syndicaliste, et je n’avais jamais connu ça, répète Jérôme Lorton, délégué syndical central à l’Union syndicale solidaires (SUD), pour la première fois, nous avons été entendus ». Après une première vague, en janvier, de hausses destinées aux agents (ouvriers), ce sont 13 000 travailleurs – agents, techniciens et une partie des cadres – qui ont touché une augmentation en juin, plus la fameuse prime Macron, à hauteur de 600 €.