Télétravail : Christophe, patron flexible, n’a pas attendu les confinements
  1. Accueil
  2. Entreprise
  3. Travail
  4. Télétravail : Christophe, patron flexible, n’a pas attendu les confinements

Entreprise

Télétravail : Christophe, patron flexible, n’a pas attendu les confinements

Elsa Fayner
,
Sélection abonnés

[Nos vies de bureau confinées, saison 2, épisode 3/5] Se détacher de son égo et accepter de ne pas tout contrôler. Voilà les décisions qu’a prises Christophe en 2013 en optant pour le télétravail flexible pour ses employés. Sept ans plus tard, il en apprécie encore les bénéfices. 

L’un des modèles en matière d'autonomie vient des développeurs de logiciels libres : répartis un peu partout dans le monde, ils travaillent ensemble, par outils numériques interposés. Et, ce, dans le respect des rythmes de chaque membre de ces « équipes temporaires » qui travaillent « en mode projet ». On parle d'activité « asynchrone » : chacun se connecte quand il le souhaite et reprend le travail là où le collègue s’est arrêté.

Ca fait rêver Laëtitia1, qui appréciait dans son cabinet de conseil précédent - plus petit - de pouvoir organiser son temps à sa guise : chez le client, au bureau, ou chez elle pour se concentrer sur les dossiers, généralement en fin de semaine mais pas forcément.

Du télétravail à la carte ? 

Marie ne souhaite pas en arriver à cette souplesse-là dans son prochain emploi, elle apprécie de travailler en binôme dans un bureau, mais la responsable d’équipe qui a quitté son cabinet d’expertise comptable au pays basque tient à garder son mercredi pour ses enfants et se verrait bien télétravailler un jour ou deux par semaine. Toujours les mêmes, pour pouvoir s’organiser.