Télétravail : les dégâts de la visioconférence

Entreprise

Télétravail : les dégâts de la visioconférence

Une équipe de chercheurs en psychologie de l’Université de Stanford a mené une étude sur les effets mentaux de la réunion à distance et repéré quatre effets négatifs.

En ces périodes de télétravail intensif, la réunion à distance est presque devenue la norme. Mais gare à la surdose, préviennent les scientifiques ! Une équipe de chercheurs en psychologie de l’Université de Stanford a mené une étude sur les effets mentaux de la réunion à distance et repéré quatre effets négatifs.

Ne pas voir le visage de ses interlocuteurs : Le premier est le fait de ne voir que les visages des autres participants : contrairement aux réunions physiques, nos yeux n’ont aucune échappatoire pour s’aérer.

À lire : Télétravail : Anouk, contre une réorganisation au rabais

La proximité induit en erreur le cerveau : Etre en tête à tête avec son interlocuteur, induit pour le cerveau qu’on est dans une situation soit amoureuse, soit conflictuelle, ce qui génère des signaux erronés.

Dénigrement de l'estime de soi : Le fait de se voir tout le temps (via le retour de sa propre vidéo) finit par entraîner un dénigrement de l’estime de soi.

Peu de langage corporel : De plus, le champ de vision limité, tout comme l’immobilité, diminue la capacité d’imagination et au final la capacité de penser. Enfin, en visioconférence, il y a très peu de langage corporel, qui est pourtant inconsciemment le plus important. Pour compenser le manque de ces signaux, il faut donc faire plus d’efforts, ce qui fatigue le cerveau.

À lire : IA, télétravail, hiérarchie horizontale : demain, on travaillera comme ça