Alimentation : l'agriculture biologique peut-elle nourrir la planète ?

Environnement

Alimentation : l'agriculture biologique peut-elle nourrir la planète ?

L’agriculture biologique est souvent accusée de ne pas pouvoir nourrir une population mondiale croissante. Techniquement, elle pourrait relever ce défi, mais culturellement, cela impliquerait des transformations profondes dans les champs et les assiettes.

Les chiffres de la Food and Agriculture Organization (FAO), publiés dans un rapport en 2009, donnaient déjà le vertige : la production alimentaire devra augmenter de 70 % d’ici à 2050 si on veut nourrir les 2,3 milliards d’êtres humains supplémentaires. 

En parallèle, conséquence du réchauffement climatique, les surfaces de terres cultivables vont se réduire. « La seule zone que l’on pourrait gagner, c’est le nord de la Sibérie russe. Mais il faudrait déboiser beaucoup et ce sont des terres peu fertiles », estime Christian Huyghe, directeur scientifique agriculture de l’Institut national de recherche agricole (Inrae).

Produire plus sur moins de surface : l’équation semble de prime abord incompatible avec l’agriculture bio. Son cahier des charges lui interdit en effet d’utiliser des pesticides, des engrais de synthèse et des OGM, afin de préserver la santé humaine, l’environnement, la biodiversité et le bien-être animal.