Gazprom, l’entreprise en guerre contre ses clients

Environnement

Gazprom, l’entreprise en guerre contre ses clients

Le premier producteur de gaz au monde a mis des années à devenir florissant et à se construire une image de fournisseur fiable. Mais avec la guerre en Ukraine, les sanctions européennes et la reprise en main politique en cours par Vladimir Poutine, son avenir s’est plus qu’assombri.

Il y a quelques mois encore, Alexeï Miller, le richissime PDG de Gazprom, pouvait se frotter les mains. Non seulement l’ancien ministère du Gaz soviétique avait produit plus de gaz que tous ses concurrents réunis, mais la société, premier producteur mondial du combustible, affichait un bénéfice net record de 29 milliards de dollars : une véritable success-story après des débuts compliqués.

En 1998, la Russie est en défaut de paiement. Deux ans plus tard, Vladimir Poutine, fraîchement arrivé au pouvoir, charge ce proche de faire du secteur gazier un vecteur de sortie de la crise financière, mais pas seulement. Le mastodonte énergétique, qui a apporté chauffage et pouvoir d’achat du temps de l’URSS, doit aussi permettre au pays de retrouver sa « puissance » perdue.