Climat : l’essence à deux euros le litre, une fatalité ?

Environnement

Climat : l’essence à deux euros le litre, une fatalité ?

Une hausse sensible, prolongée sur des années et anticipée par tous des prix de l’essence est sans doute un mal nécessaire dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais avec l’invasion russe en Ukraine, la brutalité de la hausse dépasse tout ce qui avait pu être envisagé en termes de fiscalité environnementale.

[Propos recueillis en septembre 2020 après les débats politiques sur la fiscalité carbone sur l’essence. Mise à jour le 07 mars 2022 après la hausse brutale des prix du carburant suite à l’invasion russe en Ukraine. Les propos sur la fiscalité carbone et les effets des hausses de prix sur les comportements des consommateurs restent d’actualité.]

« L’essence pollue et nous met en danger. Oui, il faut que son prix augmente. » À l’inverse de nombreux décideurs politiques extrêmement prudents, Sandrine Rousseau, n’avait pas craint en septembre 2020 d’assumer sur RMC une hausse conséquente des prix du carburant.

Au nom de la lutte contre le dérèglement climatique, l’ex-candidate à la primaire d’Europe Écologie-Les Verts pour la présidentielle souhaitait voir grimper chaque année le prix de l’essence de l’ordre de 6 à 10 centimes par litre, grâce à une fiscalité écologique élevée.