Christian Gollier : « Baisser les taxes sur le prix du carburant serait un cadeau pour les riches »
  1. Accueil
  2. Environnement
  3. Énergie
  4. Christian Gollier : « Baisser les taxes sur le prix du carburant serait un cadeau pour les riches »

Environnement

Christian Gollier : « Baisser les taxes sur le prix du carburant serait un cadeau pour les riches »

Audrey Fisné-Koch
,
Sélection abonnés

Le gouvernement a tranché. Pour faire face à la flambée des prix du carburant, Jean Castex a annoncé le versement d’une « indemnité inflation » de 100 euros à destination de 38 millions de Français. Pour l’économiste Christian Gollier, il est nécessaire de mettre en place un instrument économique qui permettra réellement de limiter les inégalités en France.

Face à la hausse des prix des carburants, le gouvernement a annoncé la création d’une « indemnité inflation » de 100 euros. Celle-ci concernera 38 millions de Français qui touchent moins de 2 000 euros net par mois. Il faut dire qu’à quelques mois de la présidentielle, la peur des « gilets jaunes » reste présente dans la tête de l’exécutif.

Deux scénarios ont été largement étudiés ces derniers jours : d’une part, la baisse des taxes sur le prix des carburants. La TVA et la TICPE (taxe sur les produits énergétiques) représentent entre 50 et 60 % du prix à la pompe. Mais cette mesure, évoquée par plusieurs candidats à la présidentielle, aurait été très coûteuse et aurait envoyé un signal négatif en termes d’écologie.

D’autre part, la mise en place d’un « chèque carburant », à l’image du « chèque énergie » distribué aux 6 millions de ménages les plus modestes. Le dispositif, davantage ciblé, aurait nécessité un recensement complexe, prenant en compte les ressources des personnes et leur dépendance à leur véhicule. Pour éviter un dispositif « usine à gaz », le gouvernement a repris l'idée en l'adaptant. Elle prendra la forme d'une indemnité, qui sera versée automatiquement, sans aucune démarche nécessaire, aux salariés, fonctionnaires indépendants, chômeurs ou retraités. Qu’ils soient automobilistes ou non.