Écologie : à Nancy, une ferme pédagogique au pied d'une cité

Environnement

Écologie : à Nancy, une ferme pédagogique au pied d'une cité

Dans le quartier du Haut Dul, non loin des barres de 300 et 400 mètres de long, une petite ferme rassemble chèvres, poules, oies, courgettes et plants de tomates au pied d’une cité populaire. Pour faire pousser du vert sur l’asphalte et tenter de réconcilier justice sociale et environnementale. Mais avec quel impact ?

Zakariya, 11 ans et sa petite sœur Chaïma, 8 ans, passent une demi-tête dans l’entrebâillement de la porte. « Vous restez manger ce soir ? », leur demande Alexandre Lamarque, 32 ans, et directeur de la ferme du Plateau de Haye, à Nancy (54).

Ferme pédagogique à Nancy

Crédits : Laura Wojcik.

Les deux jeunes voisins acquiescent et s’assoient dans l’ancienne écurie, entre deux guirlandes lumineuses, trois poussins terrés dans une botte de foin et Spirit, un molosse musculeux. « Avec ses yeux de miel, je ne peux rien lui refuser, à Spirit », confie Zakariya, joues rondes et houppette frisée.

Des enfants  jouent à Nancy

Crédits : Laura Wojcik.

Les deux écoliers s’arrêtent souvent dans cette ferme urbaine aménagée au cœur d’un quartier populaire. Une oasis pleine de poules, d’oies, d’abeilles, de chèvres et de légumes bio. « Depuis que je suis petit, je m’intéresse à la nature, à la biodiversité », confie le collégien. À force de multiplier les allers-retours à la ferme, Zakariya a fait germer ses propres haricots sur son balcon et assemblé trois jardinières devant son immeuble. « Avant il m’arrivait de jeter des déchets par terre. Maintenant, je suis conscient que c’est une grosse bêtise et j’essaye de la réparer en faisant des choses meilleures pour la planète. »