Faut-il donner 100 milliards par an d’aide climatique aux pays pauvres ?

Environnement

Faut-il donner 100 milliards par an d’aide climatique aux pays pauvres ?

Les négociations financières sont au cœur des conférences sur le climat : les pays pauvres, peu émetteurs et plus touchés par les dégâts du changement climatique veulent davantage de transferts de la part des pays développés. Mais ces derniers rechignent, et peinent à tenir leurs promesses.

« Oui, c’est une question de justice »

Oui, c’est une question de justice qui renvoie principalement à trois raisons. Tout d’abord, les pays pauvres portent une bien plus faible responsabilité que les pays développés dans le changement climatique. C’est vrai si l’on raisonne en flux, c’est-à-dire en émissions courantes de CO2 : leurs émissions par habitant représentent une fraction des 15 tCO2/an des Américains ou des 7 tCO2/an des Chinois. Et c’est encore plus vrai si l’on raisonne en stock, c’est-à-dire en prenant la contribution historique à la quantité de CO2 dans l’atmosphère.

À lire aussi > Tout comprendre aux « pertes et préjudices », mécanisme au cœur des négociations, en 5 questions