Les crises servent-elles de freins ou d’accélérateurs pour la transition énergétique ?

Environnement

Les crises servent-elles de freins ou d’accélérateurs pour la transition énergétique ?

Désorientée par la pandémie, puis par la guerre en Ukraine, l’Europe n’a jamais payé aussi cher sa dépendance aux énergies fossiles importées. Maintenir le cap climatique est la seule réponse possible, mais à quel prix, à quelle vitesse et dans quelle atmosphère ?

couv_plQuels sacrifices sommes-nous prêts à consentir pour financer, exécuter et assumer la transition énergétique, c’est-à-dire une gigantesque décarbonation de l’économie et de la société ? C’est le sujet qu’a choisi de traiter la rédaction de Pour l’Éco ce mois-ci. À retrouver en kiosque et en ligne.

« Ce n’est pas exagérer que de dire que cette crise, ce choc énergétique de 2022, est comparable en intensité, en brutalité, au choc pétrolier de 1973. » Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, avait la mine grave, le 9 mars dernier, quand il a convoqué, devant ses homologues européens, le douloureux souvenir de l’embargo pétrolier infligé par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).