Logement. L’effet rebond va-t-il réduire à néant les efforts de rénovation énergétique ?

Environnement

Logement. L’effet rebond va-t-il réduire à néant les efforts de rénovation énergétique ?

La rénovation énergétique est au cœur des débats parlementaires et sociétaux, autour d’une question cruciale de politique publique : l’État doit-il augmenter ses subventions aux particuliers ? Il n’a sans doute pas le choix pour tenir ses engagements climatiques, mais gare à l’effet rebond !

L’essentiel.

- Le secteur résidentiel-tertiaire est le deuxième poste d’émissions de gaz à effet de serre de la France (environ 20 %) et l’empreinte carbone d’un logement s’élève à environ 2,4 tonnes de CO2 annuelles par personne.

- S’est imposée face à ce constat statistique l’idée d’une rénovation à grande échelle des logements français. La loi prévoit que l’ensemble du parc immobilier français atteigne un niveau de performance énergétique conforme aux normes "bâtiment basse consommation" (BBC) à l’horizon 2050, grâce à la rénovation de 500 000 logements chaque année.

- Problème, l’effet rebond, ou paradoxe de Jevons, où une meilleure efficacité énergétique peut conduire en réalité à une plus grande consommation, pourrait menacer l’efficacité de cette politique publique.