Pour les agriculteurs, un fragile équilibre financier entre mini-salaire et solide patrimoine

Environnement

Pour les agriculteurs, un fragile équilibre financier entre mini-salaire et solide patrimoine

Impossible de vivre du métier d’exploitant agricole ? Les revenus moyens souvent cités portent à le croire. Mais le tableau noircit la réalité, même si les difficultés rencontrées par la profession ne doivent pas être occultées. Plongée dans le porte-monnaie des agriculteurs, de l’installation à la retraite.

« Trente pour cent des exploitants ont un revenu inférieur à 350 euros par mois », chiffrait la Mutualité sociale agricole (MSA, la Sécu des agriculteurs), en octobre 2017, sur des données 2016. Soit moins que le Revenu de solidarité active… L’indignation avait alors gagné les Français.

Comment vivre avec si peu, surtout quand on ne compte pas ses heures ? En réalité, non seulement la disparité des situations des paysans brouille l’analyse, mais le mode de calcul de la MSA minimise leurs revenus.

Ses chiffres proviennent de leurs revenus fiscaux et sociaux (et pas du chiffre d’affaires) sur lesquels sont calculées les cotisations dont ils doivent s’acquitter. Les dispositifs de défiscalisation ne sont donc pas pris en compte, ce qui biaise le résultat en minorant ce que dégage vraiment l’exploitation.