EDF, une entreprise politique au cœur de la présidentielle 

Environnement

EDF, une entreprise politique au cœur de la présidentielle 

Pour alléger la facture d’électricité des Français, le gouvernement demande à EDF de sacrifier son intérêt économique. Pourtant, l’entreprise est rentable et serait même riche si la loi ne l’obligeait pas à geler dans ses comptes des sommes colossales pour le démantèlement des centrales nucléaires.

couv_plLa France peut-elle s'inspirer des politiques économiques réussies des autres pays du globe ? C'est le sujet qu'a choisi de traiter la rédaction de Pour l'Éco ce mois-ci. À retrouver en kiosque et en ligne.

Longtemps, EDF s’est vue en puissante multinationale courtisée par les investisseurs. En 2007, deux ans après son introduction en Bourse, l’action de la société anonyme Électricité de France occupait la première place du CAC 40. Depuis, c’est la descente aux enfers.

Son rachat du groupe Constellation (à la barbe de Warren Buffett) aux États-Unis, en 2008, a tourné au fiasco industriel et financier. Après la catastrophe de Fukushima, en 2011, il a fallu investir des dizaines de milliards d’euros dans la sécurité des centrales nucléaires.