Rénovation énergétique : « La rentabilité est un argument déterminant »

Environnement

Rénovation énergétique : « La rentabilité est un argument déterminant »

Dans sa dernière étude, France Stratégie a calculé la durée de rentabilité des rénovations énergétiques. Pour L’Éco a interrogé Vincent Aussilloux, directeur du département de l’institut et principal auteur de l’étude.

Dans son étude parue fin décembre, France Stratégie a sorti la calculette : la rénovation de près de huit millions de logements privés (dont les passoires thermiques) serait financièrement rentable au bout de vingt ans.

Pour arriver à ce résultat, l’institut rattaché au Premier ministre a estimé les coûts des transitions (rénovation de l’enveloppe et changement d’équipement de chauffage), les économies d’énergie réalisées en fonction des performances énergétiques des logements (les catégories A à G établies par le diagnostic de performance énergétique (DPE)) pour en déduire une durée de rentabilité (le temps nécessaire pour récupérer l'investissement de départ).

Dans son calcul, France Stratégie a pris en compte les aides financières, qui sont versées en fonction des revenus aux propriétaires souhaitant enclencher des rénovations thermiques. Surtout, l’institut propose d’ajouter à l’équation du financement un acteur supplémentaire, via un mécanisme de tiers payant : « Les particuliers rétrocéderaient la majeure partie des économies réalisées sur la facture d’énergie à un opérateur ensemblier en échange d’une prise en charge intégrale du financement et du pilotage des travaux de rénovation », peut-on lire dans la note. Pour L’Éco a voulu en savoir plus.