Total : le géant du pétrole face au dilemme de la transition énergétique 

Environnement

Total : le géant du pétrole face au dilemme de la transition énergétique 

Un article scientifique révèle que le géant pétrolier avait conscience des conséquences néfastes de ses activités pour le climat depuis les années 1970. Pour le bien des affaires, il aurait minimisé son impact. Il faut dire que Total a bien du mal à engager une transition énergétique. Explications.

« Le monde d’après » ? L’expression agace Patrick Pouyanné, le PDG de Total. « Nous, on est dans le monde d’aujourd’hui », rétorque-t-il si on le questionne avec trop d’insistance sur la transition énergétique engagée par le géant pétrolier.

Mais le monde d’aujourd’hui, c’était aussi cette résolution portée par 1,35 % des actionnaires représentant 11 investisseurs, dont le Crédit Mutuel ou la Banque postale. Elle exigeait que Total modifie ses statuts afin d’y inscrire l’obligation d’avoir une stratégie précise pour respecter l’accord de Paris adopté en 2015 : contenir la hausse de la température moyenne sur le globe à moins de 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle.

De la part des investisseurs, ce n’était pas un plaidoyer écolo, simplement une inquiétude pour leurs fonds. Ils expliquaient : « L’insuffisance des engagements du groupe pétrolier constitue un risque à la fois pour l’entreprise et pour ses actionnaires. »