Urgence climatique. Pourquoi des militants écologistes s’en prennent à des œuvres d’art ?
  1. Accueil
  2. Environnement
  3. Énergie
  4. Urgence climatique. Pourquoi des militants écologistes s’en prennent à des œuvres d’art ?

Environnement

Urgence climatique. Pourquoi des militants écologistes s’en prennent à des œuvres d’art ?

Julien Marsault
,
Sélection abonnés

Les actions de militants écologistes se multiplient dans les musées d’Europe contre des œuvres d’art. Une manière radicale de scandaliser et d’interpeller pour faire avancer leur cause, quitte à polariser le débat public.

L’essentiel

- De nombreuses actions de militants écologiques ont eu lieu depuis le début de l’automne dans des musées

- Ces personnes engagées veulent mettre les thèmes de leur combat à l’agenda politique

- Face à un possible essoufflement médiatique, il existe un risque de radicalité supplémentaire, et d’une mise à dos de l’opinion publique.

______

Ceci n’est pas une performance artistique. Vendredi 14 octobre, deux jeunes militantes du groupe Just Stop Oil aspergent de soupe la vitre protégeant le tableau Les Tournesols de Van Gogh, dans le musée de la National Gallery de Londres. « Qu’est-ce qui a le plus de valeur ? L’art ou la vie ? » déclarent-elles alors, les mains collées au mur. L’idée est claire : interpeller symboliquement sur l’urgence climatique, en visant un tableau évoquant la nature, sans pour autant endommager l’œuvre.

Des événements similaires ont eu lieu dans divers pays depuis cet été, de l’Italie à la France, en passant par les Pays Bas. Certains s’insurgent avec force contre ces procédés, quand d’autres sympathisent avec la cause défendue.