Votre menu de 2050 : céréales, légumes secs et lentilles
  1. Accueil
  2. Environnement
  3. Agriculture et Alimentation
  4. Votre menu de 2050 : céréales, légumes secs et lentilles

Environnement

Votre menu de 2050 : céréales, légumes secs et lentilles

Adeline Raynal
,
Sélection abonnés

Pour alimenter une population toujours plus nombreuse et urbaine, il faut passer d’un régime carnivore à un régime végétarien, afin de diviser par quatre la ponction sur les productions alimentaires mondiales.

Deux milliards de bouches de plus à nourrir dans 30 ans : c’est un minimum, d’après les prévisions démographiques de l’ONU. Est-ce possible avec le système agricole et alimentaire actuel ? Sans doute pas, à en croire nombre d’observateurs. « Les pratiques largement répandues de l’agriculture industrielle conventionnelle n’ont pas d’avenir », écrivait déjà en 2013 le juriste belge Olivier De Schutter, alors rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation.

Si ce système n’évolue pas, une personne sur trois n’aura pas accès à une « alimentation saine, durable et équilibrée » en 2050, estime l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). « C’est s’adapter ou mourir ! », tranche Gérard-François Dumont, professeur en géographie humaine à Paris.

Les hommes vont être confrontés à deux évolutions majeures et simultanées : l’accroissement démographique et le réchauffement climatique.

Isabelle Duquesne, ingénieure en agriculture et responsable du programme Agriculture et alimentation au Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) estime, elle aussi, que l’agriculture de 2020 est inadaptée à ces défis. « Le système actuel privilégie la monoculture, consomme beaucoup d’énergie et de produits de synthèse. Cette agriculture intensive, qui utilise 70 % des ressources agricoles, ne produit pourtant que 30 % de la nourriture mondiale », souligne-t-elle.