Carrefour, BNP Paribas, Axa... Tout comprendre au mouvement de rachat d’actions 

Finance

Carrefour, BNP Paribas, Axa... Tout comprendre au mouvement de rachat d’actions 

L'année a été fructueuse pour les entreprises cotées en Bourse. Elles débordent de liquidités et s'adonnent à une pratique financière peu vertueuse : le rachat de leurs propres actions.

2021 s’achève et, malgré la pandémie, les indices des marchés ont explosé, que ce soit en France ou aux États-Unis, interrogeant les multinationales : que faire de tout cet argent ? Quand la trésorerie excède, les directeurs financiers des entreprises cotées en Bourse peuvent opter pour différentes options : investir pour développer l’entreprise, rémunérer les actionnaires ou… racheter leurs propres actions et les annuler. Cette dernière option a été particulièrement privilégiée en sortie de crise. On vous explique pourquoi. 

Que se passe-t-il sur les marchés financiers ? 

Le CAC 40 a battu son record en novembre, dépassant la barre symbolique des 7 000 points. En comptabilité, cela se traduit par une trésorerie gonflée pour les 40 plus grandes entreprises françaises. Elles ont bénéficié en 2021 de la reprise économique, d’une épargne post-confinement importante et surtout des aides publiques versées pendant la crise, à savoir le chômage partiel, les prêts garantis par l’État, les plans de relance ou encore les aides directes du gouvernement. Cet argent, s’il n’est pas utilisé, dort sur les comptes. Et en période de taux d’intérêt négatif, cette mise en sommeil coûte. Il faut alors le sortir.