Comment les marchés sont devenus experts en Covid

Finance

Comment les marchés sont devenus experts en Covid

Si les investisseurs ne sont pas tous sortis de la crise un diplôme de virologie en poche, ils ont appris à modéliser les mouvements des marchés à l’apparition des nouveaux variants, comme Omicron, le dernier en date. Ce nouveau paradigme pourrait coûter cher à certains secteurs comme les transports ou le tourisme. 

Aux États-Unis, ce 25 novembre, Wall Street digérait la dinde de Thanksgiving – l’une des neuf journées de l’année où la plus grande Bourse du monde reste au repos. Un mois auparavant, le CAC 40 avait battu tous les records : 7.063,40 points. Les marchés financiers jubilaient. Terminés, les déboires de la pandémie ! Oubliés, les variants et leurs crises économiques !

Ni le CAC 40 ni Wall Street n’auraient pu prédire que, le lendemain – le « Black Friday », vendredi noir dont la connotation d’ordinaire mercantile revêt cette année une tout autre signification –, l’OMS déclarerait« source d’inquiétude » le variant Omicron, détecté 15 jours auparavant au Botswana. Que cette nouvelle version du Covid-19 serait plus contagieuse, et potentiellement plus dangereuse, que les précédents variants. Que les investisseurs paniqueraient, que le CAC 40 clôturerait le vendredi 26 novembre à près de -5 %, et que le Dow Jones subirait son recul le plus important de l’année (-2,53 %).