Guerre en Ukraine : Comment les sanctions mènent la Russie au défaut de paiement

Finance

Guerre en Ukraine : Comment les sanctions mènent la Russie au défaut de paiement

Le défaut de paiement sur la dette russe est jugé « imminent » selon l’agence de notation Fitch. De nombreux arguments viennent appuyer le scénario mais ce défaut serait très différent de celui de 1998.

La semaine dernière, les agences de notation Fitch, S & P Global Ratings et Moody’s ont décidé de baisser la note de la dette russe suite aux différentes sanctions économiques engagées contre la Russie. Ce 14 mars, l’inquiétude grandit encore. La note de la dette à long terme russe est passée de « B » à « C ». Ce changement range la dette russe dans la catégorie des actifs financiers risqués, qui sont susceptibles de ne pas être remboursés. À titre de comparaison, c’était la note attribuée à la dette publique grecque en 2011.

La confiance des investisseurs est grandement impactée par cette nouvelle. La probabilité de défaut de paiement de la Russie atteint désormais 80 % (contre 50 % début mars) estiment les marchés. Ce qui signifie que les créanciers détenteurs de dette russe risque de ne pas être remboursés. Techniquement, les emprunteurs ont trente jours de délais. Le défaut de paiement ne sera officiellement prononcé que le 15 avril.