Guerre en Ukraine. « Un embargo sur le gaz russe serait gérable pour les économies européennes »

Finance

Guerre en Ukraine. « Un embargo sur le gaz russe serait gérable pour les économies européennes »

Ce 4 mai, Ursula von der Leyen a proposé un embargo progressif sur le pétrole russe d’ici 6 mois. Quel en serait l’impact ? Entretien avec Philippe Martin, président délégué du Conseil d’analyse économique.

[Interview réalisée le 19 avril, mise à jour le 4 mai avec la proposition d'embargo progressif de la Commission européenne.]

Pourquoi lui ?

martinPhilippe Martin est président du Conseil d’analyse économique, composé d’économistes reconnus et chargé de conseiller le Premier ministre français. Économiste à la Fed (banque fédérale américaine) entre 2001 et 2002, il reçoit en 2002 le Prix du meilleur jeune économiste de France. En février 2022, Philippe Martin est nommé doyen de l’école d’affaires publiques de l’Institut d’études politiques de Paris.

Pour l’Éco. Faut-il élargir l’embargo au gaz et au pétrole russes ? Et si oui, quel impact pourrait-il avoir sur l’économie, en Europe et en France ?

Philippe Martin. Dans la note du CAE, nous ne faisions pas de recommandations sur l’embargo. Ce que l’on dit, c’est qu’on considère un embargo, plutôt sur le pétrole que sur le gaz, pour commencer. Il y a [plusieurs semaines], l’Union européenne a placé un embargo sur le charbon russe, parce que c’était le plus facile et le moins coûteux.