Comment Amsterdam est devenue la capitale des SPACs européens

Finance

Comment Amsterdam est devenue la capitale des SPACs européens

Précurseurs, les Pays-Bas ont su parier sur leur bourse très internationalisée pour attirer ces sociétés d’un genre nouveau, qui concentrent les investissements.

20 mars 1602. Amsterdam est la place forte du «siècle d’or» néerlandais. Les nombreux marchands protestants qui ont migré vers ses canaux pour fuir l’avancée espagnole y assurent une économie florissante. Figure de proue de la prospérité des Pays-Bas, la Compagnie unie des Indes orientales (VOC), alors dix fois plus riche que la Compagnie des Indes britannique, cherche à se financer.

Elle a l’idée de vendre des parts de son capital, divisé en petits papiers représentant chacun 3000 florins. Pas seulement à un petit groupe de riches investisseurs, ce qui était d’usage : tous les Néerlandais sont invités à s’offrir un bout de la VOC. Plus de 1100 d’entre eux répondent à l’appel.

La VOC est la première grande société anonyme, et elle vient de réussir son introduction en bourse. Les marchands amstellodamois s’échangent les parts de la Compagnie : des transactions financières qui donneront naissance à la première bourse de valeurs de l’Histoire. Aujourd’hui, la Bourse d’Amsterdam fait partie, comme le CAC 40, de la société Euronext. Elle n’en a pas pour autant perdu son goût pour l’innovation.