Fuite de documents internes : Facebook « vit son moment Big Tobacco »
  1. Accueil
  2. Futur et Tech
  3. Numérique
  4. Fuite de documents internes : Facebook « vit son moment Big Tobacco »

Futur et Tech

Fuite de documents internes : Facebook « vit son moment Big Tobacco »

Manon Touchard
,
Sélection abonnés

Tout comme le tabac, la réseau social a des effets néfastes pour ses utilisateurs. Tout comme les cigarettiers, il avait en sa possession des études le confirmant. Et tout comme l'industrie du tabac, l'entreprise de Mark Zuckerberg va devoir se justifier face à la divulgation de nombreux documents internes. 

Trente ans après les cigarettiers, Facebook voit à son tour ses manipulations dévoilées. La comparaison a surgi lors de l'audition par le Congrès de la lanceuse d'alerte et ancienne salariée de Facebook, Frances Haugen. Elle y a dévoilé des documents internes du groupe de Mark Zuckerberg qu’elle accuse d’agir uniquement pour le profit, ignorant le bien-être de ses utilisateurs.


Faisant référence aux procès de 1990 lors desquels des milliers de pages de documents internes sont divulguées, prouvant que les cigarettiers connaissaient la nocivité de leurs produits depuis plusieurs décennies, Blumenthal a estimé que « Facebook vivait son moment Big Tobacco ». Mais le parallèle ne s’arrête pas là.

Un business model basé sur l’addiction

« Dans les cigarettes, il n’y a pas que du tabac, il y a aussi des substances addictives. Pour les réseaux sociaux, la substance addictive, c’est l’aléatoire (le nombre de likes, de vues, etc.) qui permet de maintenir l’attention superficielle des utilisateurs », explique Marie-Claude Bossière, pédopsychiatre et psychiatre à la Maison des femmes de Saint-Denis. « Les réseaux sociaux sont aussi des objets de plaisirs, dont le consommateur ne connaît pas précisément la nocivité au début », précise la chercheuse.