Hyperloop : les incertitudes économiques du train supersonique
  1. Accueil
  2. Futur et Tech
  3. Innovation
  4. Hyperloop : les incertitudes économiques du train supersonique

Futur et Tech

Hyperloop : les incertitudes économiques du train supersonique

Kevin Hauser
,
Sélection abonnés

Depuis son lancement en 2013 par Elon Musk, l’ingénieux patron de Tesla et Space-X, le concept Hyperloop – qui promet de relier Los Angeles à Las Vegas en 30 minutes – fascine, intrigue et inquiète à la fois. Car son business model est incertain. 2020 devrait sonner l'aboutissement de plusieurs projets... pour l'instant pas forcément bien embarqués.

Hyperloop sera un train supersonique composé de plusieurs capsules cylindriques pouvant accueillir de 28 à 40 passagers. Ces « pods » se déplaceront dans un tube à très basse pression qui reposera dans le vide. En éliminant les frottements de l’air, les capsules pourront se déplacer jusqu’à 1 220 km/h (plus vite qu’un avion de ligne).

L'Hyperloop, comment ça marche ?

Train supersonique

À ce jour, la société spatiale de Richard Branson, Hyperloop One, est la seule à avoir testé le concept. Dans le désert du Nevada. Mais son « pod » a atteint seulement 387 km/h, loin du record du TGV (575 km/h). Encore un effort…

Peut mieux faire : une vitesse "record" de 310km/h

Hyperloop

Optimiser les capacités avec le big data

Sur une ligne normale, les ingénieurs prévoient un départ toutes les 80 secondes. Cette fréquence pourra varier en fonction du jour de la semaine, de la période de l’année et de l’heure de la journée. L’intelligence artificielle et le big data offriront la possibilité d’optimiser les capacités. Chaque passager sera connu d’Hyperloop qui pourra lui conseiller d’attendre pour payer moins cher. Les tarifs seront variables en fonction de la demande : payant en heure de pointe, gratuit le reste du temps.