La « battle royale » d’Ubisoft pour retrouver la croissance

Futur et Tech

La « battle royale » d’Ubisoft pour retrouver la croissance

Sorties repoussées, baisse des ventes, coûts de production abyssaux, paris ratés… la success-story du jeu vidéo français accumule les difficultés et se cherche une nouvelle impulsion.

Le 10 septembre 2022, Yves Guillemot descendait d’un pas léger les marches à la fin d’Ubisoft Forward, l’évènement annuel d’Ubisoft. Le P.-D.G. du champion français du jeu vidéo était libéré d’un poids. La menace d’une OPA était écartée.

Car sur ce secteur en pleine consolidation, Ubisoft était devenue « une cible colossale, à la portée du portefeuille de Sony, de Microsoft, ou d’un autre géant », résume l’économiste Laurent Michaud. Pour mettre la main sur son portefeuille XXL de jeux en tous genres, dont des blockbusters mondiaux, il aurait « suffi » de débourser 5,5 milliards d’euros, une valeur bien plus basse que celle de ses concurrents – 76 milliards, par exemple, pour Activision Blizzard.