Le cerveau, levier de productivité pour l’entreprise du futur

Futur et Tech

Le cerveau, levier de productivité pour l’entreprise du futur

Les neurosciences, nées dans les années 1980 et portées par l’essor des technologies d’imagerie cérébrale, ont démontré l’importance des émotions. Toute information est d’abord intégrée par le cerveau limbique du salarié, en charge des émotions, avant d’être transformée en décision et en action. Plongée fictive dans l'entreprise productive du futur.

Novembre 2030 : l’avenir paraît soudain incertain pour Et La Lumière Fut, fournisseur d’électricité employant 1 500 salariés. Le Conseil européen vient en effet d’adopter une loi obligeant tous les pays de l’Union à sortir du nucléaire.

Pour cette entreprise ayant bâti son modèle économique autour de cette énergie peu coûteuse, c’est évidemment une mauvaise nouvelle. Elle va devoir changer de stratégie, de fournisseurs, doper certains services et réduire la voilure sur d’autres. Et surtout, faire accepter ces changements aux 1 500 cerveaux qui travaillent pour le groupe.

Du bleu pour la créativité

Car Et La Lumière Fut n’est pas une entreprise comme les autres, c’est une « neuro-entreprise ». Son organisation du travail, ses bureaux, même le menu à la cantine ont été conçus en se basant sur les connaissances apportées par les neurosciences sur le fonctionnement du cerveau. Par exemple, dans l’open space, pour stimuler le travail en équipe et maintenir la concentration, des tubes intemporels comme Yellow Submarine sont diffusés toute la journée. Les salles dédiées au travail intellectuel sont peintes en bleu pour doper la créativité. Les amandes et le chocolat noir, riches en magnésium (antistress naturel), ont remplacé les paquets de chips dans les distributeurs. On trouve des ateliers de méditation, de peinture, des sorties au musée ou en forêt.