Véhicules électriques : l'hydrogène, alternative à la faible autonomie

Futur et Tech

Véhicules électriques : l'hydrogène, alternative à la faible autonomie

Déployés de plus en plus largement, les véhicules électriques pêchent toutefois côté autonomie. L’hydrogène aura une carte à jouer sur les trajets longs, mais sa rentabilité dépendra de la longueur du trajet et du poids à transporter. Les flottes de poids lourds sont les premiers candidats

À l’évocation du véhicule électrique, le grand public pense immédiatement aux modèles à batterie, comme la Zoé de Renault ou les modèles Tesla. Mais une autre source d’énergie permet de rouler à l’électricité : l’hydrogène. Ce gaz très dense énergétiquement, plus léger que l’air, est, avec l’oxygène, l’une des deux composantes de l’eau.

Une voiture roulant à l’hydrogène est équipée d’un réservoir contenant ce gaz et d’une pile à combustible. Elle capte l’air ambiant, l’envoi dans la pile, pendant que l’hydrogène stocké y est également acheminé. Le mélange engendre de l’électricité et celle-ci active le moteur.

Éco-mots

Vaperoformage

Processus industriel de production d’hydrogène par craquage du gaz naturel contenant du méthane, grâce à de la vapeur d’eau. L’hydrogène ainsi produit est qualifié de « gris » à cause de l’impact négatif de sa production sur l’environnement.