D'où vient l'expression « verser un pot-de-vin » ?
  1. Accueil
  2. Idées
  3. Histoire économique
  4. D'où vient l'expression « verser un pot-de-vin » ?

Idées

D'où vient l'expression « verser un pot-de-vin » ?

Stéphanie Bascou
,
Sélection abonnés

D'une simple gratification aux "dessous de tables" d'aujourd'hui, l'expression « verser un pot-de-vin » n'a cessé d'évoluer à travers les siècles.

Le pot-de-vin est apparu au XVIe siècle. Il trouve son origine dans une coutume qui n’avait rien d’illicite au Moyen-Âge. À l’époque, il était fréquent et normal de verser une modeste gratification à son partenaire en affaires lorsque l’on concluait un contrat. Il s’agissait de lui offrir un cadeau en supplément du prix convenu, sans que cela fasse partie de la rémunération négociée. Comme l’aumône, le fait d’offrir un pot-de-vin, était légal, sans être obligatoire. 

Le pot-de-vin était alors réellement… un pot de vin. Car à l’époque, le vin était un symbole de courtoisie et servait parfois d’indemnité en lieu et place de pièces sonnantes et trébuchantes. Dans les régions viticoles, la coutume était d’offrir à toute personne de marque arrivant dans une ville un peu de jus de raisin fermenté. Quant au pot, il s’agit, à la fin de l’Ancien régime, de l’unité de mesure pour les liquides. 

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’expression fut de plus en plus utilisée. Le vin était alors synonyme de somme d’argent supplémentaire versée « par-dessus » un contrat, pouvait-on lire dans le Grand Dictionnaire de Fricx de 1739, toujours sans la moindre notion d’interdit ni de corruption.