En parcourant les circuits de l’obéissance

Idées

En parcourant les circuits de l’obéissance

Obéir, c’est accepter la légitimité du pouvoir. D’où provient cette légitimité, quels sont les motifs qui nous conduisent à obéir ? Quelques pistes en compagnie de Weber et Bourdieu. 

Dans toutes les sociétés, certains individus sont en position de donner des ordres, tandis que d’autres leur obéissent. On dit des premiers qu’ils ont du pouvoir sur les seconds. Le célèbre sociologue allemand Max Weber (1864-1920) définit le pouvoir d’un individu comme « la possibilité de contraindre d’autres personnes à infléchir leur comportement en fonction de sa propre volonté ». Le pouvoir qui intéresse les sociologues n’est pas celui qui repose sur la seule force physique.

Dans un tel cas de figure, il n’y a en effet rien de mystérieux : j’accomplis ce que quelqu’un exige de moi, car on me force physiquement à le faire. Cette situation n’est heureusement pas la plus courante ! Généralement, le pouvoir de certains membres de la société sur les autres est vu comme légitime. On parle alors d’un rapport de domination dans lequel les dominés acceptent de se plier à la volonté des dominants. Mais d’où provient cette légitimité des dominants ?