La génétique est-elle l’avenir de la sociologie ?

Idées

La génétique est-elle l’avenir de la sociologie ?

Des études suggèrent que les gènes pourraient expliquer 11 % de la variance entre individus du nombre d’années d’études qu’ils feront. Alors que le revenu de la famille en explique 6 % et le niveau d’études des parents 19 %.

En 1894, Émile Durkheim affirmait que le sociologue se doit d’expliquer les phénomènes sociaux par des variables sociales et non pas par des facteurs psychologiques ou biologiques. Cette règle a souvent été transgressée par les sociologues au cours de l’histoire de la discipline, à commencer par Durkheim lui-même, dans certains de ses travaux.

À lire aussi > La sociologie peut-elle se contenter de décrire ?

Aujourd’hui, l’interdisciplinarité attire de nombreux chercheurs en sciences sociales, qui essayent par exemple d’articuler sociologie et sciences cognitives. D’autres vont plus loin, puisqu’ils défendent l’idée que la génétique pourrait nous aider à mieux comprendre des différences de comportement et de parcours social entre les individus.