La science économique de demain, réconcilier Keynes et Schumpeter, l'égalité dans l'histoire et la « grande divergence » : la chronique littéraire économique de Richard Robert 

Idées

La science économique de demain, réconcilier Keynes et Schumpeter, l'égalité dans l'histoire et la « grande divergence » : la chronique littéraire économique de Richard Robert 

En ce mois de décembre, notre chroniqueur littéraire s'est plongé dans les récents ouvrages économiques de Diane Coyle, Jean-Hervé Lorenzi et Alain Villemeur, Thomas Piketty, et Kenneth Pomeranz.

Une exploration de la science économique de demain

La transition numérique conduira-t-elle à une révolution de la science économique ? La question mérite d’être posée, si l’on se souvient que l’économie s’est constituée comme science dans un contexte particulier – le début de la révolution industrielle – et que ses grands moments théoriques (Keynes, Samuelson) correspondent à des inflexions significatives de l’économie réelle – crise ou nouveau régime de croissance.

Or à l’évidence, nous vivons un de ces moments, redoublé par le fait que la transition numérique révolutionne à la fois les outils de l’économie et les phénomènes qu’elle cherche à mesurer. Le big data, le deep learning et, plus largement, l’intelligence artificielle, ont commencé à bouleverser nos façons de produire, d’échanger, de mobiliser le capital humain et financier. De la même façon, ces outils permettent de nouvelles lectures des énormes masses de données qui reflètent notre activité.