La Théorie monétaire moderne (TMM) ou l’argent sans limites
  1. Accueil
  2. Idées
  3. Théorie économique
  4. La Théorie monétaire moderne (TMM) ou l’argent sans limites

Idées

La Théorie monétaire moderne (TMM) ou l’argent sans limites

Martine Peyrard-Moulard
,
Sélection abonnés

LA TMM permet à l'Etat de créer la monnaie nécessaire pour corriger les déséquilibres économiques, sociaux et environnementaux. Mais cette abondance de liquidité est-elle sans risques ?

Avec la coronacrise et l’explosion de l’endettement des États, la Théorie monétaire moderne (TMM) fait à nouveau parler d’elle. Élaborée dans les années 1990 par l’économiste australien Bill Mitchell, elle énonce que la monnaie n’est qu’une « créature de l’État » et que celui-ci peut donc en émettre autant qu’il le souhaite.

C’est-à-dire qu’il peut s’endetter pour mener à bien ses diverses missions sans jamais risquer la faillite.

En réalité, cette « théorie » est plutôt une politique économique. Selon celle-ci, un gouvernement peut augmenter sans problème ses dépenses publiques, et donc son déficit et sa dette, pour soutenir son économie en vue d’atteindre le plein-emploi, d’assurer un revenu à toute la population ou de réaliser sa transition écologique.

Pas de risque de hausse des taux d'intérêt ?

Quand un État contrôle sa propre monnaie, poursuit la théorie, c’est sa Banque centrale qui la crée à volonté et assure sa solvabilité. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter des conséquences d’une politique très expansionniste : non seulement celle-ci est financée par une création monétaire, mais elle permet d’éviter une hausse des taux d’intérêt qui, sinon, serait provoquée par des « effets d’éviction » sur les marchés financiers.