Le discours volontairement obscur, arme de séduction de certains intellectuels

Idées

Le discours volontairement obscur, arme de séduction de certains intellectuels

Exprimer une idée de manière obscure peut parfois contribuer à la rendre attractive. Ce biais rend service à certains intellectuels.

L’anthropologue cognitif français Dan Sperber, qui a vécu « dans le Paris de Sartre, Lacan, Derrida et d’autres maîtres à penser », s’est étonné du succès de ces intellectuels.

En effet, selon lui, certains de leurs écrits sont tellement obscurs (au sens d’énigmatiques et incompréhensibles) que l’on en arrive à se demander s’ils ont réellement un sens – tels les passages suivants qu’il cite : « La conscience est un être pour lequel il est dans son être en tant que cet être implique un être autre que lui » (Sartre) ; « La beauté est un destin de l’être de la vérité, où la vérité signifie le dévoilement de ce qui se voile » (Heidegger).

On pourrait s’attendre à ce que des pensées aussi obscures ne suscitent pas l’enthousiasme. Pourquoi constate-t-on le contraire au sujet de certaines productions philosophiques ?