Les deux faces de la spéculation financière

Idées

Les deux faces de la spéculation financière

 

 

Acheter un actif en Bourse, attendre que le prix monte, puis le revendre. D’accord, mais pour quoi faire ? Est-ce utile ? Est-ce nuisible ?

« Comprenez donc que la spéculation […] établit une énorme circulation d’argent, qui est la vie même des grandes affaires. […] On perd, mais on gagne, on espère un bon numéro, mais on doit s’attendre toujours à en tirer un mauvais. » Ces phrases ne sont pas issues d’un manuel d’économie, mais d’un roman d’Émile Zola, L’Argent, dans lequel il met en scène Aristide Saccard, un ardent spéculateur.

À l’instar d’un investisseur, le spéculateur a pour but de réaliser un gain lorsqu’il intervient sur les marchés financiers. Toutefois, comme il aspire à un gain plus important que l’investisseur, il prend également un risque plus grand.

En outre, à la différence d’un investisseur, le spéculateur agit sur le court terme et n’est intéressé que par la plus-value financière.