Protecteur ou despote ? L'État et sa « juste » place, une interminable quête

Idées

Protecteur ou despote ? L'État et sa « juste » place, une interminable quête

Pendant la crise sanitaire du Covid-19, de nombreux États démocratiques ont pris des mesures liberticides dans le but de protéger leur population. De quoi poser une nouvelle fois la question du niveau légitime de leur intervention dans la marche de la société. Qu’en pensent Hobbes, Locke et Smith ?

Au XVIIe siècle, le philosophe anglais Thomas Hobbes, auteur du célèbre Léviathan, affirme que face à une nature humaine d’une violence sans limites, un État doté d’un pouvoir fort et absolu est non seulement nécessaire, mais légitime. La sécurité et la protection de la vie sont des impératifs et l’État doit protéger sa population pour réduire les incertitudes de celle-ci.

Dans le but de préserver leur vie, les hommes consentent donc à se dessaisir de leur « droit naturel sur toutes choses », pour construire un État – de droit –, source unique de la loi, afin que la société puisse exister dans la paix. Toutefois, dit John Locke, autre penseur anglais du XVIIe siècle, les hommes étant libres et égaux dans un état de pénurie, cela pose d’autres questions, celles des libertés, de la responsabilité individuelle et de la propriété.