Ces derniers mois, le cours de l’or a fortement augmenté. L’attractivité de ce métal inoxydable et inaltérable n’est pas nouvelle : la fascination qu’il exerce depuis l’Antiquité explique son rôle économique considérable.

L’exploitation et l’utilisation de l’or sont attestées depuis plus de 8 000 ans. Les premiers objets en or façonnés par l’homme ont été retrouvés en Égypte. Pendant longtemps, l’or a servi à décorer les objets possédés par les puissants. L’or est omniprésent dans les récits antiques : la Bible raconte l’épisode de l’adoration du Veau d’or par les Hébreux. La fascination exercée par l’or et la volonté d’accumuler les richesses entraînent aussi très vite une réprobation morale : Aristote (384-322 av. J.-C.) condamne la chrématistique (l’art de se procurer des richesses), tradition reprise plus tard par les théologiens chrétiens, en particulier saint Thomas d’Aquin (1225-1274). Malgré ces condamnations, la fièvre de l’or ne s’éteint pas et va même crescendo.