« On n’est pas aux pièces ! » ou quand le travail était payé à la tâche

Idées

« On n’est pas aux pièces ! » ou quand le travail était payé à la tâche

Avant que l’industrie et les usines ne deviennent le quotidien de nombreux ouvriers aux XVIIIe et XIXe siècles, il était assez commun d’être payé « à la pièce », en travaillant de chez soi. Depuis la révolution industrielle, l’expression a fini par prendre son sens figuré, à savoir, prendre son temps.

Cette expression, qui signifie, aujourd’hui, ne pas être pressé, apparaît au XIXe siècle. Elle signifie : être payé à la journée, par opposition à ceux qui sont payés à la pièce ou à la tâche. Avant que l’industrie et les usines ne deviennent le quotidien de nombreux ouvriers aux XVIIIe et XIXe siècles, il était assez commun d’être payé « à la pièce », en travaillant de chez soi. 

À la campagne, certains en faisaient leur activité pendant les périodes creuses, entre les récoltes. À cette époque de la « proto-industrie », plus vous produisez de « pièces » ou de tâches, plus vous étiez payé. Être payé à la pièce ou, pour faire court, être aux pièces, c’était être voué à courir après le temps pour produire toujours plus.