Antoine Tirot
,
Sélection abonnés

0 % de croissance en France au premier trimestre 2022, c'est le constat de l'Insee paru ce 29 avril. Cette stagnation, ajoutée à l'inflation, due à la montée des prix de l’énergie à cause du conflit en Ukraine, accroît le risque de « stagflation ». Pour l’Éco décrypte ce phénomène, ses conséquences sur les différents agents économiques et les erreurs à éviter.

La nouvelle vient de tomber : la croissance française a stagné au premier trimestre 2022 selon les chiffres publiées par l’INSEE le 29 avril. Quant au niveau d’inflation, il n’a jamais été aussi haut depuis les années 90 dans la zone euro. Elle s’élève à 7,5 % en avril 2022, selon les données d'Eurostat mis en ligne également ce 29 avril. Et la moitié de cette hausse est due à l’énergie.

Éco-mots

Inflation

Dans une économie de marché, les prix des biens et des services peuvent varier. Certains augmentent, d’autres diminuent. On parle d’inflation lorsqu’il y a une hausse des prix généralisée et pas seulement de certains produits. Il en résulte que vous pouvez acheter moins de biens et de services pour un euro. Inversement, un euro vaut moins qu’avant. L‘inflation est donc une perte de pouvoir d’achat de la monnaie.

La hausse générale du prix de l’énergie s’établit autour de 18 % en France, contre 26 % pour la zone euro sur l’année 2021. Le prix du baril de pétrole s’établit à 108 dollars le 29 avril (contre moins de 75 dollars fin décembre 2021). Le prix du Kwh de gaz a quant à lui plus que quintuplé passant de 25 euros il y a moins d’un an, à 132 euros aujourd’hui.