Un prof de sociologie peut-il être « neutre » ?

Idées

Un prof de sociologie peut-il être « neutre » ?

La question de savoir si les sociologues peuvent et doivent faire abstraction de leurs valeurs dans leur travail n’est ni nouvelle ni résolue. Deux écoles s’affrontent.

En début d’année, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, a créé la polémique en annonçant vouloir confier au CNRS une enquête pour distinguer les « recherches militantes » des « recherches scientifiques » au sein des départements de sciences sociales des universités françaises.

Selon la ministre, de trop nombreux chercheurs dans ce domaine utiliseraient leur position académique non pas pour faire et enseigner de la science, mais comme tribune pour élaborer et diffuser leurs points de vue idéologiques sur la société.

Cette déclaration polémique a mis sur le devant de la scène médiatique une question qui traverse toute l’histoire de la discipline : les sociologues peuvent-ils et doivent-ils faire abstraction de leurs opinions, valeurs et positions idéologiques dans leur travail de recherche et d’enseignement ?