Après la fermeture des centrales à charbon, quelles énergies propres ?

En séries

Après la fermeture des centrales à charbon, quelles énergies propres ?

Série - La fin du charbon n’est plus qu’une question d’années, du moins en Europe. Mais que faire des centrales après leurs fermetures ? Les remplacer ? Et par quoi ? Et si des alternatives existent, attention aux énergies “miracles”. ["Accros au charbon", épisode 4/4]

La sobriété énergétique et la baisse drastique de notre consommation n’étant pas encore tout à fait au programme, il va bien falloir trouver de nouveaux moyens de produire de l’électricité, et ce, sans émettre de CO2 cette fois.

Alors que faire ? Reconvertir les sites de production polluants ? Tout rasé, repartir de zéro ? Nul gouvernement ne paraît avoir définitivement tranché la question. 

La situation à la centrale thermique de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône offre un bon aperçu de la complexité de l’équation. Là-bas, l'après-charbon a, un temps, été imaginé.

En 2012, le groupe allemand Uniper, alors propriétaire de la centrale, investit 300 millions d'euros dans une unité de production d'énergie “Biomasse”.