Devenir trader en ligne, le rêve et les pièges 5/7 | Réguler le forex : des filets de protection troués

En séries

Devenir trader en ligne, le rêve et les pièges 5/7 | Réguler le forex : des filets de protection troués

[Devenir trader en ligne, le rêve et les pièges 5/7] Dans l'épisode précédent. Les courtiers en forex ont monté en une dizaine d'années une véritable industrie de l'arnaque, basée à Chypre et en Israël. En 2018, la France et l'UE ont entrepris d'assainir le secteur.  Dans cet épisode… Malgré leurs efforts, les autorités de régulation françaises et européennes ne parviennent pas éradiquer toutes les arnaques. Les profiteurs sont devenus plus rares, mais en insistant un peu, on en trouve encore...

Lire les premiers épisodes : Argent facile, et pourquoi pas moi ? 1/7 | Bizutage aux pays des devises 2/7 | L'arnaque qui a brisé le boulanger-trader Jérémy 3/7 | Comment Chypre attire les profiteurs de la finance en ligne 4/7

Pour lutter contre les arnaques liées au forex, l'Autorité des marchés financiers (AMF), installée Place de la Bourse, à Paris, s'est longtemps contentée de faire des listes. Elle mentionnaient les plateformes aux noms qui sonnaient anglo-saxons comme Astonforex, Brightfinance ou Colbertcap et dont l’activité était proscrite sur le sol français. Le gendarme tricolore incitait aussi les particuliers à se méfier de certains courtiers agréés à Chypre.

Ces mises en garde rataient leur cible : elles touchaient un public restreint, lecteurs des Echos ou de Mieux Vivre-votre argent, déjà avertis des multiples arnaques possibles sur le marché des devises.