Devenir trader en ligne, le rève et les pièges 2/7| Bizutage aux pays des devises

En séries

Devenir trader en ligne, le rève et les pièges 2/7| Bizutage aux pays des devises

Dans l'épisode précédent... Décidé à profiter du krach boursier, je cherche à investir mes économies. J’opte finalement pour une matière moins aride et a priori moins risqué que la bourse : les devises et son marché, le Forex. Dans cet épisode… Vous découvrez le fonctionnement du marché des devises et la puissance du marketing de ses courtiers. Ces nouveaux gourous me promettent de gagner de l’argent très facilement. Allons voir. Leur méthode de 'multi-level marketing' est plus que troublante.

[Lire le premier épisode : Devenir trader en ligne, le rêve et les pièges 1/7| Argent facile, et pourquoi pas moi ?]

Est-il nécessaire de sortir de Polytechnique pour jouer sur le marché des devises ? Mon expérience personnelle m’incite à croire que non. La première fois que j’ai bouclé un deal, j’avais quatorze ans. En séjour linguistique à Exeter (Royaume-Uni), j’avais troqué des euros contre des livres sterling. Le bureau de change de Marks and Spencer proposait un taux de change plus avantageux que celui du concurrent Sainsbury. Sur 50 euros, la différence était de 0,80 euros. Un petit gain, mais un gain tout de même. 

L’anecdote me revient en mémoire quand je découvre que le Forex, le marché mondial des devises, est en pleine ébullition.

Le big bang de 2004

Le volume quotidien des échanges des monnaies y dépasse 5 000 milliards de dollars. La machine tourne 24H/24, sept jours sur sept, sans régulateur central. L'essentiel des transactions est réalisé par des banques et des multinationales, qui veulent se couvrir dans la durée contre les variations de taux de change lorsqu'elles vendent des centrales nucléaires ou des avions.  

Pendant longtemps, les particuliers sont restés à la porte de ce carrousel mondial, où la mise minimum était le million de dollars.

Tout a changé en 2004.

Cette année là, l'Union européenne a autorisé des courtiers à se positionner avec de plus petites sommes sur le Forex, par le biais de la directive MiFID (Marché d'instruments financiers).

Internet a fait le reste.

Aujourd’hui donc, en un clic sur le web, n'importe qui peut trouver le site qui mène au trading facile, pour ne pas dire enfantin. L'idée est simple : “jouer” sur la valeur d’une monnaie par rapport à une autre dans les prochaines 24 heures. 

24 heures, c'est plus de temps qu'il n'en faut à Donald Trump pour twitter un message qui fera chuter le dollar. Car le Forex est hyper-réactif : le 31 juillet 2020, le président a évoqué un report de la présidentielle américaine pour cause de Covid. Les traders se sont positionnés instantanément à la vente sur le dollar qui, en une séance, a reculé de 5,5% face à l’euro ! Ceux qui ont anticipé cette chute ont sans doute touché un pactole.

Episode2-couleur-600x400_CMJN.jpg

Des existences de rêve

Bien entendu, je ne suis pas le premier à imaginer faire fortune sur le Forex. Mes recherches me conduisent rapidement jusqu'à des blogs de traders. Tous semblent avoir construit des existences de rêve. Ils vivent à l'île Maurice, a Bali, en Thaïlande, dans des villas avec vue sur la plage. Ils disent gagner 5000 euros par mois en tradant à mi-temps sur le marché des devises.

Toutefois, à l'image de Paul ou Yannick Chastin, ils insistent sur la nécessité d'être prudent. Surtout ne pas croire les publicités qui promettent la martingale immédiate. Je garde précieusement en tête leur conseil.

En séries, le nouveau format de Pour l'Éco

En séries, le nouveau format de Pour l'Éco
Chaque semaine, lisez un nouvel épisode d'une série journalistique originale et décryptez l'économie avec plaisir. Des récits en séries, rythmés, au plus près du terrain, de ses acteurs, pour faire émerger les grandes lois et le fonctionnement quotidien de l’économie.

Un prophète veut me libérer de « l’esclavage moderne »

Mes nouveaux amis virtuels me proposent de rejoindre un club où s'échangent de bons tuyaux. Je laisse mes coordonnées en ligne sur quelques sites. En moins d’une journée, ma boîte est inondée de mails. Ils sont tissés plus ou moins des mêmes fils : camaraderie, confidence, familiarité, tutoiement, communauté de destin. 

« Après des années d'études supérieures en France et à l'étranger, j'étais destiné à devenir salarié pour un petit peu plus que le SMIC, raconte Baptiste, l’un de ces prophètes de l’argent facile. J'ai failli accepter ça et subir. Quelques mois plus tard, je gagnais cette somme par semaine ». Baptiste veut m'éviter « l’esclavage moderne » moderne et l’entrée dans « la Matrice », jure-t-il.

Parrainer ou parier 

A l’entendre, il suffirait d’un clic pour me « libérer ». Je clique. Une offre de souscription à 19 euros par mois s’affiche. On me guide surtout vers l'achat d'une méthode au prix de 239 euros (ou 499 en version premium). Déception.  

J’interroge donc mes nouveaux copains du club. De mails en mails, ils restent étrangement vagues. Leurs  « méthodes » seraient valables aussi bien pour le forex que pour les actions, voire l'immobilier. Un peu comme ces produits miracles qui nettoient l'estomac, les vitres et les tapis...

Decoupe2.jpg.png

« Paul » finit par lâcher le morceau : « peu importe le secteur, finalement », car le vrai but de ces sites, c’est que les acheteurs parrainent « des filleuls issus de leur propre réseau ». Ce ne sont donc pas les gains engrangés sur le Forex qui vont faire de moi un rentier perpétuellement en vacances, mais cette bonne vieille méthode de la chaîne commerciale, rebaptisée 'multi-level marketing' (MLM) pour faire moderne.

Le principe est simple : je dois persuader un maximum de personnes d'acheter une méthode, avant de  pouvoir gagner de l’argent. Et cette méthode consiste à ...vendre des méthodes. Une entourloupe vieille comme le monde, dont la version Forex fait fureur en ce moment. Moi qui pensais parier concrètement de l’argent, je me retrouve à parrainer.

Entourloupes à plein nez

Lorsque les acheteurs réalisent que les tutoriels qu’ils ont achetés ne contiennent rigoureusement aucun conseil précis pour gagner de l’argent sur les marchés des devises, il est trop tard. « Nous avons reçu des centaines d'appels à ce sujet ces derniers mois », relève Claire Castanet, directrice chargée des relations avec les épargnants à l'Autorité des marchés financiers. Sous certaines conditions très strictes, le MLM est légal. Dans le cas du Forex, selon l'Autorité des marchés financiers qui veille à la protection des investisseurs, la quasi-totalité des propositions sont des arnaques.

L'intérêt de mes gourous pour la Thaïlande s'explique. C'est un État qui extrade rarement les résidents poursuivis dans leur pays. Malgré ma déception, je reste déterminé. Je veux devenir trader sur le Forex. Je le veux.

 A suivre - Episode 3 | L’arnaque du Forex qui a brisé le boulanger Jérémy

Dans cet épisode. Vous allez comprendre le fonctionnement du trading sur le forex et ses subtilités qui peuvent faire perdre des milliers d’euros. Sans régulateur ni arbitre, vous découvrirez les risques de l’effet de levier. Un jeune boulanger du Nord l'a appris à ses dépens.

> A lire ici.