Jean-Paul Fitoussi et le théorème du lampadaire

Portraits d'Économistes

Jean-Paul Fitoussi et le théorème du lampadaire

L'économiste français Jean-Paul Fitoussi, directeur de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) pendant 22 ans et professeur émérite à Sciences-Po Paris, s’est éteint le 15 avril 2022, à l’âge de 79 ans.

Qui suis-je ?

Jean-Paul Fitoussi, né le 19 août 1942 à Tunis, était un économiste français influencé par la pensée keynésienne. Ses thématiques de recherche comprenaient la politique budgétaire, les taux de change, les taux d’intérêt, l'inflation, le chômage et les politiques européennes. Il était également connu pour son rapport de 2007  sur les limites des indicateurs de richesse (rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi).

Éco-mots

Théorème du lampadaire

Dans son livre Le théorème du lampadaire (Les Liens qui Libèrent, 2013), il énonçait que la science économique, à elle seule, ne permet pas d’expliquer toutes les problématiques de la société : « Si les objectifs que la politique économique met en pleine lumière ne sont pas ceux qui importent vraiment pour les sociétés, nous n’aurons aucune chance de comprendre pourquoi le fait de les avoir atteints ne résout nullement le problème initial. »

« Un fonctionnement, même optimal, d’une économie de marché, fût-elle la plus riche, ne garantit pas la survie de l’ensemble de la population. »
Jean-Paul Fitoussi

À lire aussi > Qui est Keynes ?

Carrière académique

Après avoir obtenu son doctorat en sciences économiques en 1968, et en acquérant la même année la nationalité française, Jean-Paul Fitoussi commence sa carrière en tant qu’assistant de recherche à l’université de Strasbourg. Il est par la suite nommé maître de conférences dans cette même université en 1974.

Il rejoint ensuite l’institut universitaire européen de Florence en 1979 pour quatre années. Jean-Paul Fitoussi enseigne dans le même temps à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) ou encore à la LUISS Business School à Rome.

L’économiste est surtout connu en France pour ses cours d’économie au sein de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences-Po) pendant 28 ans, de 1982 à 2010.

Influence majeure sur les politiques et la société

En 2008, Jean-Paul Fitoussi présidait, avec Joseph Stiglitz et Amartya Sen, la Commission pour les performances économiques et le progrès social. Cette commission voulue par le président Nicolas Sarkozy avait pour objectif de « déterminer les limites du PIB en tant qu’indicateur des performances économiques et du progrès social » et de réfléchir à de nouveaux indicateurs de richesse. Le rapport conclut que le PIB n’est pas un bon indicateur pour mesurer le bien-être et qu’il faut en trouver d’autres. Cependant, aucune alternative crédible et consensuelle n’a été trouvée pour succéder au PIB.

L’économiste français était déjà critique envers les politiques et la construction européenne. Il mettait en garde contre la délégation de la politique monétaire à la BCE et défendait l’idée d’une Europe fédérale, dotée d’une « vraie Constitution » , pas seulement un « texte qui grave des choix économiques dans le marbre, mais un outil pour faire vivre le débat politique».

Fitoussi signe de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales, des livres et des essais. Parmi ses ouvrages figurent par exemple “Mismeasuring our lives”, avec Joseph Stiglitz et Amartya Sen (édition The New Press, 2010) ou encore “After the Crisis, the Way Ahead”, avec Edmund S. Phelps, Christopher Pissarides et al (édition Luiss University Press, 2010).

M. Fitoussi était reconnu pour sa pédagogie et sa passion pour les débats. « Il n’y a pas de débat interdit, on doit débattre de tout en économie », relate sur BFM Business son disciple Eric Heyer, directeur du département Analyse et prévision à l’OFCE, à propos de son ancien collègue.

« Il n’y a pas de débat interdit en économie. »
Jean-Paul Fitoussi

D’inspiration keynésienne, Fitoussi goûtait peu le discours néolibéral à la mode pendant la rigueur des années 80 et incarné par le “There is no alternative" de Margaret Thatcher.

« Ne jamais céder aux dogmatismes, expliquer et comprendre les politiques et celles et ceux qui les font, sans relâche, débattre et convaincre » sont les valeurs transmises par Jean Paul Fitoussi, énonce Xavier Timbeau, directeur principal de l’OFCE, dans le communiqué rendant hommage à l’économiste.

Mes dates clés 

1942 : Naissance à Tunis,

1974 : Maître de conférences à l’université de Strasbourg,

1982 : Professeur à SciencesPo Paris,

1989 : Président de l’OFCE,

2008 : Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi,

2010 : « Mismeasuring our lives », avec Joseph Stiglitz et Amartya Sen (édition The New Press, 2010) et After the Crisis, the Way Ahead, avec Edmund S. Phelps, Christopher Pissarides et al (édition Luiss University Press, 2010)

2022 : Décès.