Agence nationale de l’habitat

Dico de l'éco

Agence nationale de l’habitat

« E​​​​​​n France, une personne au RSA peut se permettre de rénover énergétiquement son logement en investissant dans des fenêtres à double vitrage et un insert, raconte Cyrielle Carlisi-Ridacker, docteure en sociologie. Ça permet d’éloigner l’angoisse du froid hivernal, de retrouver du confort chez soi, mais aussi de la confiance pour se réinsérer professionnellement et socialement. »

Pour cela, les particuliers peuvent compter sur l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Sur les 36 millions de logements français, 117 000 ont été rénovés en 2019, grâce à ces aides. L’enjeu pour l’État : inciter et massifier la rénovation énergétique sur le territoire pour que le pays consomme moins d’électricité. 

L’Anah se charge aussi de l’habitat indigne (7 % des logements, 13,3 millions d’euros) et de la mise aux normes pour les personnes en perte d’autonomie (13 %).

En Chiffres

970,2 

millions d’euros, le budget de l'Anah par an. 

L’agence dispose au total de 970,2 millions d’euros de budget par an. Un foyer, propriétaire de son logement et déclarant moins de 26 170 euros (36 297 euros en Île-de-France) par an, peut prétendre à 50 % de prise en charge de ses travaux thermiques. Mais avec des revenus si modestes, financer le reste n’est pas facile.

 « Les aides de l’Anah ne suffisent pas. Il faut les cumuler avec d’autres subventions, municipales ou régionales, le soutien d’un proche et un petit emprunt bancaire. C’est beaucoup de paperasse, mais certaines personnes parviennent à financer 100 % de leurs travaux. »
Cyrielle Carlisi-Ridacker,

Docteure en sociologie

Ce financement est soumis à plusieurs conditions : le revenu, donc, mais aussi les matériaux choisis et le recours systématique à un artisan agréé pour la pose. Un moyen pour l’État de régulariser le marché du BTP : l’Anah se targue, dans son rapport d’activité 2019, d’avoir « créé ou préservé 38 941 emplois ».

Ces aides sont aussi fléchées en fonction du type d’électroménager (chauffe-eau thermique ou radiateur à inertie) à renouveler.

Les maires en force

L’Auvergne, les Hauts-de-France et l’Occitanie concentrent le plus de rénovations prises en charge par l’Anah. Les DOM-TOM sont largement délaissés avec 20 logements rénovés en 2018, six en 2019. C’est au niveau des départements que tout se joue.

Les Directions départementales des territoires (DDT) instruisent les dossiers et gèrent l’attribution des aides. Maires et présidents de conseils départementaux constituent la majorité des membres de l’Anah. Ils travaillent main dans la main avec les préfets de région, qui déterminent les priorités pour le parc privé de leur territoire.

Le financement de ces aides provient de la mise aux enchères des quotas carbone (420 millions d’euros en 2019, plafond de la loi de finances 2019), de la taxe sur les logements vacants (61 millions) et de la contribution des fournisseurs d’électricité (60 millions).

L'Anah en bref

Sous la tutelle de trois ministères : Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, Action et Comptes publics, Économie et Finances.

Président du Conseil d’administration : Thierry Repentin, ancien sénateur de Savoie, sur proposition du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire

112 salariés en 2019

Budget : 970,2 millions d’euros