Dette publique

Dico de l'éco

Dette publique

Ce sont les emprunts contractés par l'État pour financer les déficits publics cumulés année après année, le plus souvent sous forme d'obligations d'État ou de bons du Trésor et non encore remboursés. C'est donc ce que l'État doit : en 2020, 2 675 milliards d'euros, 120 % du PIB.

Au sens de Maastricht il s'agit de la dette de l'État, mais aussi des organismes d'administration centrale (Odac), des collectivités locales et des organismes de Sécurité sociale. Seul le paiement des intérêts figure explicitement dans le budget annuel comme une charge à rembourser aux créanciers : c'est la charge de la dette. En revanche, le service de la dette correspond aux intérêts et au montant du capital emprunté qui doit être remboursé chaque année. La gestion de la dette est confiée à l’Agence France Trésor qui dépend du ministère des Finances et s’assure que l’État n’est jamais en défaut de paiement.

Le risque d'un endettement non maîtrisé

Le problème de la dette publique est sa soutenabilité financière, à savoir son coût (lié au niveau des taux d’intérêt), son évolution, la capacité du gouvernement à lever l’impôt, la nature de la dépense publique (investissements ou dépenses sociales par exemple) et le rythme de croissance de l’économie qui détermine les rentrées fiscales possibles.

Certes un État a une durée de vie a priori infinie, mais un endettement non maîtrisé comporte des risques économiques et sociaux notamment un effet « boule de neige » en cas de croissance économique inférieure au coût de la dette.