École autrichienne d’économie [Courant de pensée économique]

Dico de l'éco

École autrichienne d’économie [Courant de pensée économique]

Cette École libérale défend le fait que, face à la complexité de la société, le marché est le moyen le plus à même de produire l’information nécessaire à la coordination des individus.

Contre l’approche macroéconomique keynésienne, cette École libérale défend l’économie de marché et le fait que, face à la complexité de la société, le marché est le moyen le plus à même de produire l’information nécessaire à la coordination des individus.

Elle met également en évidence le rôle clé de l’entrepreneur et de la productivité. Puisque les ressources sont limitées et les besoins humains illimités, il faut trouver les meilleures façons de produire. Or ce sont les choix et décisions individuelles, guidées par les prix fixés sur les marchés, qui permettent de gérer au mieux les ressources, parce que les prix sont des signaux qui indiquent la valeur relative des ressources et leurs utilisations optimales pour le bien de la société.

Fondée par Carl Menger, ses deux principaux représentants sont Ludwig von Mises et Friedrich von Hayek.

Pour aller plus loin > Ludwig von Mises et l'analyse de l'action humaine

L'État, vu comme une nuisance pour les individus

Selon Mises, il existe un subjectivisme des fins et des moyens - ce qui est essentiel et non-essentiel est purement et entièrement subjectif - et il insiste sur les déséquilibres qui en découlent car chacun a des objectifs différents à réaliser et dispose de moyens et de manières différentes pour les réaliser. Aussi l’État, en réglementant et décidant ce qu’il est possible ou non de faire, de produire et d’acheter, nuit à la préférence des individus.

Pour Hayek, expansion et récession sont inévitables parce que l’investissement précède toujours la demande des consommateurs. Et pour ce grand théoricien du libéralisme, l'interventionnisme étatique mène fatalement au totalitarisme.

Pour aller plus loin > Friedrich Hayek et la mise en garde contre le collectivisme

Certes certaines interventions visant le bien-être social ou à pallier une crise grave peuvent se justifier parce que le marché connaît des incapacités, mais la crainte est que l’Etat, inéluctablement, prenne le contrôle direct de l’activité économique par la planification et limite ainsi les libertés individuelles. Il crée en 1947 la Société du Mont-Pèlerin, qui contribuera à la renaissance du libéralisme lors de la période de stagflation des années 70.

Aujourd’hui Pascal Salin et Frédéric Sautet en sont des représentants médiatiques.

Toutes nos fiches « Courants de pensée économique »