Économie des inégalités [Courant de pensée économique]

Dico de l'éco

Économie des inégalités [Courant de pensée économique]

Courant de pensée qui mesure, explique, propose des moyens de politique économique visant à corriger les différentes formes d’inégalités (économiques, sociales, culturelles), et en étudie les divers impacts.

Elle mesure, explique, propose des moyens de politique économique visant à corriger les différentes formes d’inégalités (économiques, sociales, culturelles), et en étudie les divers impacts. Les inégalités économiques les plus visibles et les plus lisibles sont monétaires, en termes de flux à savoir les revenus, et de stocks, c’est-à-dire de patrimoine.

Justifiables ou non ?

Selon l’analyse libérale, les inégalités résultent des contributions différentes des agents économiques à la création de richesses et de leur productivité. Comme les marchés sont libres et efficients, chacun reçoit équitablement sous forme de revenu la contrepartie de sa participation qu’il emploie en consommation et/ou épargne, à sa guise.

Pour aller plus loin en vidéo > C'est quoi, réellement, les inégalités ?

Toutefois l’égalité des chances doit garantir la réalisation des projets individuels sans que des inégalités de naissance l’en empêchent. Néanmoins les marchés présentent des défaillances (externalités, asymétrie d’information, risques…) qui conduisent aux inégalités. Mais des transferts, notamment fiscaux, peuvent les corriger en modifiant la répartition primaire des revenus.

Jusqu’aux années 1980, l’analyse de Simon Kuznets domine la pensée économique, montrant qu’une relation existe entre la croissance économique et les inégalités. Ainsi lors de la phase du décollage économique, les inégalités s’accroissent puis le développement les réduit durablement grâce aux progrès économiques et sociaux.

L’économiste classé à gauche Thomas Piketty réfute l’analyse de Kuznets. Selon lui le capitalisme produit l’inégalité, car sur le long terme, le rendement du capital (le facteur décisif) est le plus souvent supérieur au taux de croissance économique. Il ajoute que l’inégalité est une construction sociale et politique, que ce sont les sociétés qui s’organisent et se répartissent richesses et pouvoirs, leurs choix étant alors réversibles.

Quant à Branko Milanovic, connu pour sa courbe de l’éléphant des inégalités, il se fonde sur Kuznets pour mettre en évidence des vagues successives d’inégalités - jusqu’à nos jours - en fonction de dynamiques endogènes (technologie, mondialisation, politique fiscale ou sociale…).

Pour aller plus loin > Branko Milanovic et la courbe de l'éléphant

C'est quoi, la courbe de l'éléphant ?

Toutes nos fiches « Courants de pensée économique »