Effet de cliquet

Dico de l'éco

Effet de cliquet

Le progrès économique, l’industrialisation, l’urbanisation et l’amélioration du niveau de vie font apparaître de nouveaux besoins et entraînent des dépenses d’infrastructures, d’éducation, de santé, de réglementation… irrévocables.

Un cliquet est une petite pièce d’horlogerie, un mécanisme de levier qui, poussé par un ressort, empêche une roue dentée de revenir en arrière. Cette notion se retrouve dans les domaines économiques ou politiques, pour exprimer un « effet de mémoire » irréversible, que l’on appelle l’effet de cliquet.

Au XIXe siècle, l’économiste allemand Adolphe Wagner montre que la hausse des dépenses publiques accompagne la croissance et le développement d’un pays. Sa loi dite « de Wagner » ou « loi d’extension croissante de l’activité publique » explique que plus la société progresse, se complexifie et se civilise, plus l’État est dispendieux, ses activités se multipliant et ses dépenses augmentant beaucoup plus vite que la production.

À lire Le budget, un choix de société 

Le progrès économique, l’industrialisation, l’urbanisation et l’amélioration du niveau de vie font apparaître de nouveaux besoins et entraînent des dépenses d’infrastructures, d’éducation, de santé, de réglementation… irrévocables.

Augmentation des dépenses publiques par paliers

Dans les années 1960, les économistes britanniques Alan Peacock et Jack Wiseman et leur « théorie des effets de déplacement », précisent que les dépenses publiques augmentent par paliers successifs, lors de crises ou de guerres, et qu’ensuite elles sont rigides à la baisse, comme un cliquet.

Aujourd’hui, l’implication de l’État pour le bon fonctionnement de l’économie et les demandes des populations en matière d’éducation, de santé, d’écologie, de protection et de prévention de tous les risques expliquent la hausse continue des dépenses et la difficulté à les réduire, a fortiori à les supprimer.

Pour sa part, l’École des choix publics met en évidence le rôle spécifique, en démocratie, des « intérêts des responsables politiques ». On comprend encore mieux cet effet de cliquet et la difficulté de revenir en arrière.