Inflation

Dico de l'éco

Inflation

Dans une économie de marché, les prix des biens et des services peuvent varier. Certains augmentent, d’autres diminuent. On parle d’inflation lorsqu’il y a une hausse des prix généralisée et non pas seulement de certains produits. Il en résulte que vous pouvez acheter moins de biens et de services pour un euro. Inversement, un euro vaut moins qu’avant. L‘inflation est donc une perte de pouvoir d’achat de la monnaie.

Comment la calcule-t-on ?

L’inflation est mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC). Il s’agit d’une moyenne pondérée de prix des biens et services qui sont consommés par les ménages, notamment :

  • Les produits d’usage courant (alimentation, boissons, journaux, essence, etc.).
  • Les biens durables (habillement, ameublement, ordinateurs, machines à laver, etc.).
  • Les services (communications, santé, transports, loisirs, restaurants, loyers, etc.).

Ces biens et services consommés par les ménages durant l’année considérée sont représentés par un « panier » de produits. Chaque produit figurant dans ce panier possède un prix qui peut varier dans le temps. Le taux annuel d’inflation est le prix total du panier au cours d’un mois donné, comparé à celui relevé durant le même mois de l’année précédente.

Les enjeux

Il s’agit de savoir si l’inflation est forte, car elle fait perdre du pouvoir d’achat à certains acteurs économiques : les salariés, les retraités, les épargnants. D’autres agents économiques peuvent à l’inverse trouver des avantages à l’inflation : par exemple les emprunteurs, dont les revenus augmentent avec l’inflation puisque leur charge de remboursement va diminuer en valeur réelle. Un autre enjeu : le taux d’inflation sert à revaloriser (réévaluer) les pensions de retraite, les pensions alimentaires et le salaire minimum.

L'inflation en France

Le taux d’inflation a été élevé en France durant les années soixante-dix pour atteindre des niveaux autour de 10 % par an. À partir de 1982-1983, le taux a baissé pour se maintenir en dessous de 2 % par an au début des années quatre-vingt-dix. L’une des principales missions de la Banque centrale européenne (BCE), depuis sa création en 1998, est de maintenir dans la zone euro un taux moyen d’inflation n’excèdant pas 2 %.

Définition: c'est quoi l'inflation ?

L'inflation en date

1715-1720

Première véritable expérience d’inflation en France, liée au système du financier écossais John Law. Ce dernier édite une monnaie papier basée sur l’exploitation d’éventuelles mines d’or et d’argent dans les colonies, qui se substitue peu à peu à la monnaie métallique. L’excès de masse monétaire contribue à la semi-banqueroute, les billets sont suspendus… et Law s’enfuit.

1796 

304 % par mois, le plus ancien cas d’hyperinflation en France. C’est la fin de l’affaire des assignats, des emprunts gagés sur des biens nationaux. La France du Directoire fait banqueroute des deux tiers de sa dette l’année suivante. Puis, jusqu’au début du XXe siècle, les prix suivront la conjoncture et varieront autour de 0,3 % en moyenne.

– XXe siècle – 

C’est l’ère de l’inflation, la hausse du niveau général des prix de tous les biens et services, à des rythmes différents, est continue.

Les guerres mondiales 

Forte inflation après la Première Guerre. L’État français emprunte et la planche à billets fonctionne pour reconstruire. Le taux d’inflation frôle les 40 % en 1920, mais c’est en Allemagne, sous le poids des dettes et des réparations, que l’hyperinflation finit par atteindre 29 500 % par mois en 1923. La Seconde Guerre entraîne aussi un financement inflationniste de la reconstruction dans un contexte de pénurie et de rationnement. L’inflation française atteint 58,7 % en 1948 puis, se stabilise ensuite entre 2 % et 6 %.

Les chocs pétroliers

(1973 et 1978) L’inflation varie entre 11 % et 14 % au cours des crises pétrolières en raison des hausses brutales du prix du pétrole et de leurs répercussions sur l’activité économique. Le revirement libéral des années 1982-1983 la ramènera durablement en dessous de 10 % et jusqu’à 0,5 % en 1999, lors du passage à l’euro.

– XXIe siècle – 

L’inflation respecte la cible européenne de 2 %, sauf lors des crises de 2008 et 2011-2012. En 2020, elle s’établit à 0,5 %. La reprise après la coronacrise pourrait la porter à 1,5 % en 2022.